17/07/2016

Reconstruire les fondations

Ce n’est pas en me disant : “Seigneur, Seigneur !” qu’on entrera dans le royaume des Cieux, mais c’est en faisant la volonté de mon Père qui est aux cieux. 

Ce jour-là, beaucoup me diront : “Seigneur, Seigneur, n’est-ce pas en ton nom que nous avons prophétisé, en ton nom que nous avons expulsé les démons, en ton nom que nous avons fait beaucoup de miracles ?” Alors je leur déclarerai : “Je ne vous ai jamais connus. Écartez-vous de moi, vous qui commettez le mal !” 

Ainsi, celui qui entend les paroles que je dis là et les met en pratique est comparable à un homme prévoyant qui a construit sa maison sur le roc. La pluie est tombée, les torrents ont dévalé, les vents ont soufflé et se sont abattus sur cette maison ; la maison ne s’est pas écroulée, car elle était fondée sur le roc.

Et celui qui entend de moi ces paroles sans les mettre en pratique est comparable à un homme insensé qui a construit sa maison sur le sable. La pluie est tombée, les torrents ont dévalé, les vents ont soufflé, ils sont venus battre cette maison ; la maison s’est écroulée, et son écroulement a été complet. » (Mt 7,21-28)

 

Donc, si je comprends bien Celui que je prends comme mon Dieu et Sauveur, il ne sert à rien de se dire « civilisation judéo-chrétienne », il faut montrer par les actes ce que nos paroles prétendent. Il ne sert à rien de plaindre ces pauvres chrétiens d’Orient persécutés si, par ailleurs, nous ne sommes pas capables de nous montrer nous-mêmes chrétiens, surtout et y compris chez nous.

Haïr ceux qui nous haïssent, c’est l’exact contraire de ce que nous demande le Christ. L’Occident se demande pourquoi il est attaqué. Il désigne la paille qui est dans l’œil de ces fous, alors qu’il est incapable d’enlever la poutre qui l'aveugle, lui interdisant de facto tout discernement honnête et sincère.

L’Occident a tout fait pour transformer en sable le roc sur lequel il avait été bâti, et il s’agit maintenant, soit de s’enfoncer, soit de reconstruire. Et ce n’est pas en brandissant des armes de guerre et en semant partout la mort qu’il y parviendra. Défendre des acquis qu’on a soigneusement pris soin de discréditer au cours des deux siècles derniers, ça n'est rien d'autre qu'un futile verbiage !

Le Christ nous demande de bâtir la civilisation de l’amour, et nous ne savons même plus nous montrer dignes du sacrifice auquel il a consenti.

Alors, à tous mes amis, chrétiens ou non, je le demande : Mettez-vous en colère, hurlez au loup, criez, dites des horreurs ! Mais une fois ces choses dites, mettons-nous au travail, sans nous préoccuper plus qu’il ne le faut de la paille dans l’œil du voisin, et semons tout autour de nous de gestes d’amour, même s’ils peuvent paraître insignifiants !

C'est me faire violence que de signer ces paroles-là, tant ma colère est grande ! Mais je suis le disciple d'un Dieu qui me demande de célébrer la vie, et non la mort. Je suis le disciple d'un Dieu qui me demande de trouver mon bonheur là où je peux élever, et non enfoncer...

Misericordes sicut Pater !

Frédéric Monnin

23/03/2016

Ponce Pilate, prophète de l'Europe du XXIe siècle

Reçu d'un ami d'origine musulmane mardi soir, j'espère qu'il me pardonnera de publier son message, mais c'est un cri que je dois partager : "Salut Fred. Je pense à toi. J'ai allumé un cierge sur mon balcon. Je me dis que l'opposition est trop forte : j'ai des doutes sur le devenir de l'homme. Je t'aime fort. Ton frère" Édifiant, n'est-ce pas ?
 
Est-ce que l'Europe va bientôt se réveiller, et arrêter de se croire dans le monde des bisounours ? Est-ce que la vieille Europe, celle-là même qui a cru trouver la panacée en inventant le laïcisme, et en excluant Dieu de son histoire, va bientôt se rendre compte que l'absence de Dieu porte un nom : Satan?
 
Car la seule manière de vaincre ces gros débiles qui se font sauter allègrement, et qui sèment la mort au nom d'un Dieu dont ils ne savent que ce que d'autres gros débiles leur en ont appris, c'est d'accepter que l'humanité ne peut pas se passer du spirituel. Ceux qui disent le contraire sont, je le crains, les complices de l'abrutissement général qui ouvre un boulevard aux fascistes de tous bords.
 
Est-ce que l'Occident va bientôt se rendre compte que ce qui s'est passé dans les années 1930 est insidieusement, mais assurément, en train de se reproduire, alors qu'on a hurlé "plus jamais ça" tout en préparant la voie aux mêmes démons ? Est-ce que nos gouvernants vont longtemps encore persister dans une voie qui n'a qu'une seule issue : la guerre, la mort ? "Quousque tandem" ???!!!
 
Alors oui ! J'endosse bien volontiers le manteau de Cassandre! Après tout, je ne suis pas le seul... Mais je continue à croire que "sans lui, nous ne pouvons rien faire", et que si nous acceptons qu'il y a plus Grand que nous, rien n'est perdu !
 
Je crois en Jésus, celui qui a dit "Si quelqu'un te frappe sur une joue, tends-lui l'autre joue". Je ne crois pas en un Dieu qui aurait dit: "Si quelqu'un te frappe sur une joue, tends-lui une pierre pour qu'il soit assuré d'achever son oeuvre plus rapidement."
 
Et puisque nous nous apprêtons à célébrer Pâques, je reprends volontiers les paroles d'un pleutre historique, Ponce Pilate : "Qu'est-ce que la Vérité?"
 
Frédéric Monnin

16/11/2015

Attentats : comme j'aimerais

Quelque part en France, j'ai un ami. Un ami très proche, que j'appelle mon frère, et qui m'appelle son frère. Sa famille est musulmane et, que ce soit sa mère ou ses frères et soeurs, ils m'ont tous accueilli chez eux comme un fils et comme un frère.

Cet ami, depuis vendredi dernier, est tourmenté par une tristesse qui le tenaille, non seulement au corps, mais surtout au coeur.

Cet ami, ce frère, m'a dit récemment qu'il commençait à avoir peur d'entrer dans l'une des églises de sa ville, car sa vie serait en danger si les salafistes qui rôdent sans interruption dans les lieux fréquentés de sa ville le voyaient sortir d'une église. Et Dieu sait qu'il aime aller y prier, dans cette église, y allumer un cierge, prier pour celles et ceux qu'il aime !

Combien de non-chrétiens viennent trouver la paix dans nos églises, en Occident ? Combien viennent y trouver le silence, l'harmonie, le recueillement ? Ils sont tellement nombreux !

Comme j'aimerais, un jour, qu'un de ceux-là, qui sont mes frères en humanité, me dise qu'il est allé prier dans une mosquée, simplement pour s'y recueillir, pour se trouver plus près du Bon Dieu ! Comme je voudrais vivre cet instant-là ! Comme je voudrais pouvoir dire le nom de mon ami, et dans quelle ville il habite !

Comme je voudrais que M. Ramadan, qui est si prompt à nous rabattre les oreilles avec sa rhétorique d'autodéfense après chaque attaque terroriste, cesse enfin de se voiler la face, et reconnaisse que les auteurs des atrocités les plus abjectes commises au nom de Dieu ne sont le fait, ni de bouddhistes, ni de juifs, ni de chrétiens. Comme j'aimerais que nos frères musulmans entendent un jour leurs guides leur rappeler leurs devoirs de croyants. Ce serait le  meilleur moyen de parer à tout amalgame. Est-ce trop demander?